Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


La Biographie de : MUSTAPHA NADOR

Publié par The Algerian Speaker sur 7 Avril 2011, 16:55pm

Catégories : #TAKAFA (Culture)

1874-1926).- Précurseur du genre Chaâbi.
Originaire d'Ouled Bellemou à Lakhdaria (Bouira), Mustapha Saïdji, plus connu sous le nom de Mustapha Nador, est né à Bouzaréah le 3 avril 1874. Ses premiers pas dans l'art musical remontent au début du siécle. Versé dans le mdih religieux, il avait côtoyé les plus célèbres chanteurs de son époque, Selon les historiens de la musique, il serait le premier à avoir introduit en Algérie le chant typiquement maghrébin avant que ce chant n'évolue et devienne le chaâbi que nous connaissons, Il n'aimait pas les chants profanes et refusait de faire des enregistrements sur disques. Ayant séjourné pendant trois ans au Maroc durant la Première Guerre mondiale, il en rapporta plusieurs qaca'id du genre maghrébin qu'il se mit à adapter, travaillant le style et l'expression au prix de gros efforts mais aussi d'une grande passion.
Avant son départ pour le Maroc il était l'élève de Si Abderrahmane El-Meddah, Cheikh El - Hadra de Sidi Abderrahmane Ethâalibi. Mais déjà sur la scène artistique, on avait outre Cheikh Kouider Bensmaïl qui jouait au def dans un orchestre composé seulement de deux flûtistes, le Cheikh Mustapha Driouche, qui dirigeait un orchestre composé entre autres de Hassen El-Kerraï au violon et de Hadj Abdelkader qui aurait été le premier cithariste algérien. Ayant enrichi son répertoire grâce aux poésies de Mohamed Bensmaïl, père de Cheikh Kouider, il forma dans les années 20, plusieurs orchestres essentiellement composés d'instruments à corde au rythme du tambourin. A cette époque la darbouka y est exclue et ne fut introduite de manière "officielle'' qu'à partir de 1926, après la mort de Nador, par son jeune élève M'Hamed El-Anka. Son "concurent" de l'époque était cheikh Saîd Derres. Il mourut à Cherchell le 19 mai 1926

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents